Information d'entreprise Responsabilité sociétale Gouvernance l'ombudsman Communiqués de presse Renseignements financiers Présentations et événements Information destinée aux actionnaires Investisseurs à revenu fixe Rapport annuel Recherche d'emploi Pourquoi choisir BMO? Trouvez votre emploi idéal Étudiants et nouveaux diplômés Notre façon de recruter
Le paradigme17 du marketing utilisé aujourd’hui le plus couramment date environ de la fin des années cinquante. Il avait été conçu pour procurer un cadre d’analyse simple de la commercialisation des produits de grande consommation alimentaire18 en supermarché19 dans la région de Minneapolis. Ce cadre d’analyse, à l’origine plan chercheur doctorant de l’Université du Minnesota, se résumait à : Produit, Prix, Place, Promotion, 4 « P » mnémotechniques dont la prégnance va assurer la pérennité du paradigme envers et contre toutes les évidences20 et l’invention des études qualitatives de marché donnent naissance à un deuxième paradigme: celui du Concept marketing, la primauté de la connaissance des besoins du marché.
Oui j’ai déjà utilisé ce genre de site pour revendre beaucoup de mes affaires. Je dirais qu’il faut faire attention suivant les sites à qui on vend. Je pense particulièrement à Ebay où certains acheteurs provenant d’autres pays proposent des offres à des prix bien plus élevés qu’on le propose soi-même. On a vite fait d’accepter et on envoie le colis et comme par hasard on ne voit jamais la couleur de l’argent 😉
Le concept du marketing d’affiliés est simple : les affiliés sont des professionnels qui font la promotion de services tierces (dits affilieurs). Ils sont payés à la commission. De nombreuses entreprises en ligne proposent des programmes d’affiliés – vous ne connaissez pas le nôtre ? Cliquez ici. Si vous entretenez un blog ou un site Internet, il vous suffit de placer une bannière vers le site du service en question pour gagner (potentiellement) vos premiers kopecks.

Cette stratégie vise à mettre l'entreprise concernée en adéquation avec les exigences implicites ou explicites du marché sur lequel elle agit. Les bases de cette stratégie sont de découvrir et surtout d'influencer les besoins des consommateurs potentiels et de définir les produits et services. La politique de communication, la publicité, la promotion et l'organisation de la vente des produits n'est quant à elle que la partie la plus visible du marketing auprès du grand public.
Le Web est la destination préférée des consommateurs désireux de trouver au plus vite des prestataires et services en tout genre. Il suffit à l’internaute de saisir quelques termes de recherche sur Google pour accéder à une liste exhaustive de professionnels qui répondent avec précision au besoin spécifié. Si vous souhaitez vous lancer dans l’entreprise ou si, tout simplement, vous désirez profiter d’une source de revenus supplémentaire, nous vous présentons une liste des 10 meilleures opportunités qu’Internet a à offrir.
Je suis une inconditionnel du site eBay. J’achète et je revend sans cesse. L’avantage de ce site c’est qu’il est connu par tout le monde et que le nombre d’annonces est énorme. On trouve tout ce que l’on cherche. Pour les personnes qui n’ont pas peur de l’occasion les prix sont imbattables. Les produits sont en général fidèle aux annonces. Je n’ai jamais eu de souci ni à la vente ni à l’achat. Je conseille fortement ce site ludique et pragmatique
Les activités de service dominent maintenant toute économie moderne. Les services ne peuvent être analysés ni gérés comme des produits en raison de leurs caractéristiques. Ainsi, certains auteurs comme Rathmell, Eiglier et Langeard préconisent un marketing spécifique pour les services, en raison des caractéristiques inhérentes au service. Celui-ci est en plein essor.

Le prix (pour le client) peut être vu simultanément comme la somme des coûts, de la marge du vendeur et des taxes diverses ou comme le montant qu'un client est prêt à payer pour ce produit ; prix psychologique, il s'agit du prix d'acceptation optimal (selon les théories de l'école autrichienne). La demande est généralement élastique : le nombre d'achats évolue par rapport à l'évolution du prix. Si le prix augmente, la demande baisse et inversement. En conséquence, différentes politiques de prix sont possibles, comme la politique d'écrémage, qui cherche à vendre moins de produits, mais plus cher, et donc ainsi à dégager un plus grand bénéfice. Le prix peut également être vu de manière qualitative (fixe-variable), de manière dynamique (politique de solde) ou relationnelle (politique de fidélisation). Une grande méconnaissance des acheteurs est à signaler dans le secteur des services : le prix des services est généralement sous-estimé par rapport aux prix des produits. D'où l'importance d'un marketing beaucoup plus pédagogique et donc plus coûteux pour ce secteur. Cependant, de nombreuses législations interdisent la vente à perte (notamment en Belgique ou en France, depuis 1997 et la loi Galland).

×